Plus d'info ?

Que voulez-vous faire ?


Accueil > > > Surveillant pénitentiaire
2 100 postes prévus en 2017
(services judiciaires et pénitentiaires)

profil du Surveillant pénitentiaire

Maîtrise de soi, écoute, adaptabilité et bonne condition physique sont les qualités clés du Surveillant pénitentiaire. Stable et observateur, ce métier peut s’avérer parfois difficile et il doit savoir faire face aux situations délicates ou difficiles avec calme et agir rapidement.

Des connaissances spécifiques, notamment en droit, sont nécessaires à l’exercice du métier et sont enseignées au sein de l’École Nationale d’Administration Pénitentiaire (ENAP), intégrée suite à la réussite du concours.

Missions

Le surveillant est en contact quotidien avec les détenus, il est chargé d’assurer leur discipline et de maintenir l’ordre de la structure.

Il contrôle les effectifs en faisant l’appel, vérifie les cellules, procède à leur ouverture, encadre les personnes détenus lors des promenades. Il encadre également les différentes activités : sport, travaux, formation...

Il gère généralement un certain nombre de détenus, ces derniers étant répartis entre les différents surveillants.

Le Surveillant pénitentiaire a aussi pour mission de maintenir un lien social avec les détenus en restant à leur écoute et en dialoguant avec eux. Il les accompagne pour les diverses démarches administratives qu’ils peuvent avoir à faire.

La préparation de détenus à la libération est également une des missions du Gardien de prison. Pour cela, il coordonne et participe aux différentes actions de réinsertion.

Environnement et cadre de travail

Le Surveillant pénitentiaire exerce au sein de maisons d’arrêt ou centres pénitentiaires, situés partout en France (187 établissements sont à ce jour comptabilisés). Il peut travailler de jour comme de nuit, les dimanches et les jours fériés.

Il est en contact avec les personnes détenues, les autres surveillants et les partenaires du centre (entreprises, associations, administrations...).

Évolution

Avec les années d’expérience et par le biais des échelons et des concours internes, le Surveillant pénitentiaire peut accéder à divers postes, tels que surveillant brigadier, premier surveillant, lieutenant, capitaine, ou encore commandant pénitentiaire.

En passant par la sélection interne, il est aussi possible pour le Gardien de prison d’exercer une fonction spécialisée : moniteur de sport, formateur...

Qualités

Sang-froid
Observation
Adaptabilité

Rémunération

Les surveillants pénitentiaires sont des agents de l’État soumis au statut général de la Fonction publique, avec le statut particulier de l’administration pénitentiaire (décret n° 2006-441 du 14 avril 2006 modifié par le décret n° 2013-1256 du 27 décembre 2013).

  • De 1 543 € brut mensuel, pour un élève surveillant (hors primes de stage)
  • à 3 500 € brut mensuel, pour un major (hors indemnités et primes)


conditions d’accès

Pour devenir Surveillant pénitentiaire il est nécessaire de passer le concours d’admission.

Pour pouvoir s'inscrire, certains critères sont obligatoires :

  • Être titulaire du brevet des collèges ou un titre/diplôme équivalent et reconnu
  • Être âgé de 19 ans au moins et 42 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours
  • Posséder la nationalité française
  • Jouir de ses droits civiques
  • Avoir un casier judiciaire vierge
  • Remplir les conditions physiques exigées

Une fois admis au concours, les élèves surveillants suivent une formation de 8 mois, rémunérée 1 200 € net mensuels (hors primes de stage), dispensée à l'École nationale d'administration pénitentiaire située à Agen (Lot-et-Garonne).
Elle se déroule en alternance sous forme de cours (droit pénitentiaire, connaissance des populations prises en charge, gestion du stress, techniques d'intervention...) et de stages pratiques en établissement pénitentiaire.

Vous souhaitez en savoir plus sur la préparation
au concours de Surveillant pénitentiaire ?

Voir cette préparation